Sélectionner une page
Être entrepreneur : les hauts… et les bas

Être entrepreneur : les hauts… et les bas

Comme vous le savez, je suis à Paris cette semaine pour participer au Global Leadership Program, un sommet sur le leadership et l’entrepreneuriat organisé par Give1Project, qui a pour objectif de générer des opportunités professionnelles pour des jeunes désireux de bâtir un réseau mondial.

Au terme d’une première soirée de présentations et de réseautage, je retiens deux citations qui m’ont particulièrement interpellées.

The best way to find a job is to create yours.

— Pierre Gattaz, président du Mouvement des entreprises de France (MEDEF)

En effet, dans un monde du travail de plus en plus concurrentiel où la précarité est devenue omniprésente, créer son propre emploi est devenu pour certains une nécessité. Les avantages sont nombreux: faire les choses à sa façon, avoir une grande flexibilité d’action et d’horaire, bâtir quelque chose pour soi, etc.

C’est d’ailleurs plutôt à la mode depuis quelques temps de devenir entrepreneur, et c’est une excellente chose. C’est merveilleux de voir autant de jeunes — et moins jeunes — faire le saut et remonter leurs manches pour réaliser leurs rêves. C’est devenu accessible et possible, alors que ça semblait plutôt nébuleux et réservé à un certain type de personnalité auparavant.

Cependant, ce n’est pas Paris tous les jours. En fait, être entrepreneur, c’est surtout beaucoup, beaucoup de travail, des revenus en montagnes russes, des contrats qui n’arrivent pas ou qui arrivent tous en même temps — un beau problème mais un casse-tête de gestion également —  des doutes, de l’angoisse, et j’en passe.

It’s a lonely path to be an entrepreneur… until you succeed.

— Karen Andre, White House Liaison US Department of Housing and Urban Development

Effectivement, on peut parfois se sentir bien seuls dans cette aventure, et c’est d’autant plus important de bien s’entourer. Avoir un mentor, des collègues entrepreneurs avec qui échanger, c’est essentiel pour s’en sortir sain d’esprit et persévérer jusqu’à la réussite! C’est aussi en échangeant avec eux qu’on se rend compte qu’on partage tous les mêmes défis en fin de compte.

Voyez, déjà, on se sent mieux. À bientôt!

Être entrepreneur, ou naviguer de surprise en surprise

Être entrepreneur, ou naviguer de surprise en surprise

Ça fait maintenant près de 2 ans que j’ai décidé de faire le grand saut et de travailler à mon compte. Et 1 an bientôt que j’ai poussé l’aventure un cran plus loin, avec le démarrage de La Petite Boîte bleue.

L’insouciance et l’espoir sans limite du départ ont bien sûr laissé place à la réalité, à un quotidien rempli de défis que je n’avais pas nécessairement envisagés, mais qui malgré toutes les difficultés rencontrées me donnent l’envie de continuer!

Un des grands avantages de la vie d’entrepreneur, c’est la surprise perpétuelle. Certains trouveront ce manque de routine franchement déséquilibrant et un brin mauvais pour leur cœur vu le niveau de risque qui y est associé. Mais de mon côté, moi qui ai toujours fui la routine comme la peste, ce mode de vie me convient parfaitement.

D’autant plus que parfois, ça signifie d’apprendre à deux semaines de préavis que… tu pars pour Paris! Eh oui, le vendredi 19 février dernier, je lisais — avec un rush d’adrénaline dont vous n’avez pas idée — ce courriel dans ma boîte de réception:

Courriel de candidature acceptée

Difficile de se concentrer sur ses mandats ensuite! Il a fallu deux jours avant qu’on me confirme de vive voix que j’avais bien lu ce que j’avais lu… et le soir même, mon billet était acheté, mes assurances aussi, mon studio était réservé… et, là, je pars pour Paris dans 4 jours!

Mais qu’est-ce que c’est que ce Global Leadership Program?

Il s’agit d’un sommet sur le leadership et entrepreneuriat qui a pour objectif de générer des opportunités professionnelles pour des jeunes désireux de bâtir un réseau mondial. J’aurai notamment l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des personnalités du monde politique et économique, ainsi qu’avec des entrepreneurs des quatre coins de la planète.

Cette fabuleuse opportunité est rendu possible grâce au précieux soutien des Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ), dont le mandat est de favoriser le développement professionnel et personnel des jeunes adultes québécois en leur permettant de réaliser un projet à l’international. Leur rôle est par ailleurs essentiel pour favoriser la mobilité internationale de la jeunesse québécoise, et j’en profite pour saluer leur engagement en ce sens.

Cette expérience permettra donc notamment à La Petite Boîte bleue de tester ses ambitions internationales, qui malgré la jeunesse de l’entreprise, sont déjà bien présentes.

À la même heure la semaine prochaine, je serai en plein dedans. J’essaie de vous tenir au courant malgré le décalage!