Sélectionner une page

La plus récente enquête du CEFRIO publiée hier sur les tendances en matière de commerce électronique au Québec ne laisse plus de doute : le magasinage en ligne et la consultation des médias sociaux avant l’achat sont désormais ancrés dans les habitudes de consommation des Québécois.

Le commerce électronique en pleine expansion

En 2015, le CEFRIO évalue que les Québécois ont dépensé 8 milliards de dollars pour effectuer des achats en ligne. C’est en moyenne 1000 dollars par personne, incluant tout le monde, bébés aussi. C’est ÉNORME!

C’est d’ailleurs une progression de près de 22% par rapport à 2014. Un peu plus de 58% des adultes ont d’ailleurs effectué au moins un achat en ligne en 2015.

Notons aussi que les adultes se sont servis dans près de 30% des cas d’un appareil mobile pour faire leurs achats.

Avoir une boutique en ligne qui offre une navigation conviviale adaptée aux appareils mobiles devient donc un incontournable pour toute entreprise qui offre un produit se prêtant à cette forme de vente.

Les médias sociaux pour s’informer avant d’acheter

L’enquête souligne également que 3 adultes québécois sur 4 s’informent maintenant en ligne avant de procéder à un achat.

La consultation des réseaux sociaux pour obtenir l’avis des autres consommateurs a augmenté de 13% en un an seulement, avec maintenant tout près de 30% des adultes qui s’en servent pour sonder leurs connaissances sur leur expérience d’un produit avant de se commettre eux-mêmes.

Qu’est-ce que ça veut dire concrètement? Eh bien, qu’on y parle certainement de vous et que vous avez tout intérêt à savoir ce qu’on y dit et à pouvoir intervenir dans le processus!

Si par exemple vous avez un compte Facebook, quelqu’un qui voudra recommander votre produit pourra facilement vous taguer dans son commentaire, c’est-à-dire vous identifier avec le nom de votre page pour faciliter le repérage. Les utilisateurs n’auront ensuite qu’à cliquer pour se retrouver sur votre page, potentiellement s’y abonner et donc devenir des clients potentiels qui entendront dorénavant parler de votre marque (par vous directement en plus) de façon régulière, s’ils ne procèdent pas sur-le-champ à leur achat!

Bien sûr, on devra parfois gérer des commentaires négatifs également, mais une approche honnête et un bon service à la clientèle en ligne sont toujours bien perçus, et mieux vaut y être pour rétablir les faits au besoin que de laisser les autres nous catégoriser sans pouvoir intervenir.

Bonne conversation!